Poésie politique

Bonjean, rends l’argent !

C’est une rime riche

Moreau, rends l’argent !

C’est une rime pauvre

Celle-ci moins drôle

Serait pourtant plus rentable que l’autre…

 

Un peu de poésie politique

Voici qui est gratuit…

 

Je suis l’homme chouette

L’œil indigné

Plus rond que mon plumage

Qui tourne la tête

L’œil outré

Jaloux et en rage

 

Publifin tu te débines

Publifine t’es plus malin

Et pourtant tu t’acoquines

Au plus filou des requins

 

Je suis le lampiste

Politique taxidermiste

Qui accumule les trophées

Les vieux pelages tout mités

Mais qui trépigne pour avoir

Sa part des miettes du pouvoir

Je suis la pauvre carpette

Surprise d’être piétinée

Qui pleure toutes les larmes de sa tête

Pour se faire pardonner

Et que vous reveniez voter

Allez, s’il-vous-plait

 

Publifin tu te débines

Publifine t’es plus malin

Et pourtant tu t’acoquines

Au plus filou des requins

 

Je suis le président député

Roi des cons dépités

Homme de l’ombre des puissants

Je me fais passer pour un gland

Mais c’est pour mieux niquer mère-grand

Et détrousser les petits pensionnés

Je suis le champion des cumulards

Le spécialiste des cumulets

J’en ai culbuté des connards

Qui voulaient ma place au cabinet

Et si tel est mon bon vouloir

Circulez y a rien à voir

 

Publifin tu te débines

Publifine t’es plus malin

Et pourtant tu t’acoquines

Au plus filou des requins

 

Je suis le bourgmestre affairiste

L’homme d’affaire à faire peur

Le pauvre tocard culturiste

Qui va gonfler jusqu’à pas d’heure

Socialiste pour du beurre

Capitaliste toujours à l’heure

J’ai combattu les riches

Avec de l’argent publique

Au privé j’ai fait la nique

Avec pour seule règle la triche

Encore maitre pour quelques temps

Tant qu’il y aura de l’argent

Je suis le chevalier blanc

Drôle d’animal peu marrant

Par qui arrive le scandale

Je dois avoir un trou dans ma sandale

Je suis triste à faire peur

Quand je veux un monde meilleur

Une commission d’enquête

Je dois rêver d’un bon steak

Il faudra bien l’avouer

Je rêve de remplacer

Tous ces pauvres profiteurs

Allez faute avouée est à moitié pardonnée

Moi j’aime la cuisine au beurre

 

Publifin tu te débines

Publifine t’es plus malin

Et pourtant tu t’acoquines

Au plus filou des requins

 

Je suis des millions de citoyens

Qui eux aussi s’y verraient bien

Mais qui rêvent de voir diminuer

Leur facture d’électricité

Je suis des colères qui n’en peuvent plus

Des envies de coups de pieds au cul

De paires de baffes dans la trogne

Quoi des menaces ? Non j’déconne

Faut qu’ça reste drôle c’est certain

Pour reprendre tous ensemble le refrain

 

Publifin tu te débines

Publifine t’es plus malin

Et pourtant tu t’acoquines

Au plus filou des requins

 

Je suis l’homme chouette

L’œil indigné

Plus rond que mon plumage

Qui tourne la tête

L’œil outré

Jaloux ? Non, en rage !

Publicités

Et vous ? Qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s